Quel est le pourcentage de charges patronales ?

15
Partager :

patronaux et salariauxVous aimez les défis et vous voulez probablement bâtir votre entreprise pour assurer une fin de mois confortable. Vous pensez qu’en tant que pigiste, vous êtes susceptible de gagner beaucoup plus d’argent. Mais vous souvenez-vous de tous les frais qu’une entreprise doit payer ? Dans cet article, nous allons porter un coup à l’impact de ces différents coûts , déterminant ainsi ce qui coûte réellement à un employé !

Dépenses de l’employeur et des salaires : définition

Dans une économie où les impôts comme la France sont importants, les cotisations sociales constituent une part très importante du budget de l’entreprise. Pour l’employeur, ils comprennent les dépenses de l’employeur, dont le taux est basé sur le salaire de l’employé, son statut (âge, pension, invalidité, maladie, etc.) et les coûts salariaux de l’employé.

A lire aussi : Comment vendre un canapé rapidement ?

Poursuite des employeurs

Ils sont composés de les cotisations sociales à verser par l’employeur. La dépense de l’employeur devrait être un Une partie des allocations sociales du salarié. Ces éléments sont les suivants :

  • l’ assurance vieillesse,
  • assurance maladie, invalidité, maternité et décès,
  • assurance accidents du travail
  • Assurance veuvage
  • La cotisation complémentaire de pension…

Dépenses salariales

Vous serez soutenu par l’employé lui-même. Les cotisations salariales représentent donc une partie des cotisations de sécurité sociale versées aux organisations sociales. Votre déduction et votre paiement seront à la charge de l’employeur.

A lire en complément : Comment récolter de l'argent pour un projet ?

En France, les coûts de main-d’œuvre sont divers et dépendent de l’agence qui les perçoit. Ils sont moins nombreux que les dépenses des employeurs et leur taux est inférieur.

Il existe deux catégories de dépenses salariales : celles supportées à la fois par l’employeur et par l’employé (qui se trouvent dans les dépenses de l’employeur) et celles supportées uniquement par l’employé.

Par exemple, si vous devenez gestionnaire d’entreprise, c’est à vous de payer les coûts salariaux et l’employeur. Ce qui les distingue est le taux, la plaque est la même. L’employeur prend en charge les dépenses de l’employeur et une partie des coûts salariaux. Dans ce cas, elle a la marge la plus élevée pour les cotisations de sécurité sociale. Les dépenses salariales sont assumées par l’employé dans une partie fragile. Certains d’entre eux sont financés exclusivement par lui, comme les cotisations au chômage.

Par conséquent, si vous êtes un pigiste, c’est à vous de payer tous les impôts de sécurité sociale, de peser votre entreprise en plus des salaires lorsque vous recrutez.

Comment évaluez-vous le coût de l’employé, en tenant compte des coûts de l’employeur et des salaires ?

L’ étude du coût du salarié commence par une définition précise des différentes allocations à prendre en compte lors du remboursement des cotisations sociales. Ces coûts impliquent donc un salaire net et toutes les cotisations sociales applicables.

Le salaire net du salarié est donc le résultat du salaire brut après déduction des différentes allocations sociales, c’est-à-dire les coûts patronaux et salariaux .

En 2017, les cotisations des employés ont un taux approximatif de 22 % du salaire brut. Les dépenses des employeurs représentent 42 % du salaire brut. Il s’avère que toutes les cotisations sociales représentent 64% du salaire brut.

Pour rappel, le salaire brut comprend le salaire de base, les heures supplémentaires, les primes et les indemnités de vacances payées.

Lorsque vous recrutez pour votre entreprise, c’est à vous d’utiliser ce différents coûts supplémentaires à prendre en compte lors de la détermination du salaire net versé au salarié après paiement de toutes les prestations sociales obligatoires. Cependant, veillez à ne pas fixer un montant inférieur au SMIC ! Si vous ne recrutez pas pour des raisons économiques, vous devrez faire la même estimation pour savoir à l’avance ce que votre entreprise vous apportera comme revenu net.

Par exemple, le coût des employeurs et de la main-d’œuvre pour un salaire net de 20 000 euros s’élève à 16 400 euros. Vous devrez donc payer 36 400 euros du salaire brut facturé.

Quelques petits conseils vous permettent de bénéficier d’une légère réduction des coûts de main-d’œuvre, comme le crédit d’impôt à l’emploi concurrentiel (CICE).

Et vous, comment comptez-vous réduire votre fardeau social ?

Partager :